Fermer la popup
Fermer la popup
Trouvez vos balades
avec la nouvelle version de
l’application Sentiers en France
Obtenir

Région / Département / Ville

Snowleader
Snowleader
Snowleader



DÉCOUVRIR LE TERROIR

Bouches-du-Rhône (13)
Département / Offices de tourisme

Syndicat d'Intiative de Puyloubier

Puyloubier 13

Syndicat d'Intiative du Puy-Sainte-Réparade

Le Puy-Sainte-Réparade 13
Calvados (14)
Département / Région administrative

Basse-Normandie

Caen
Département / Petites régions naturelles

Bocage normand

Caen 14
Sites naturels / Parc Naturel Régional

PNR des Marais du Cotentin et du Bessin

Saint-Côme-du-Mont

Il y a quelques 8 000 ans, les marais du Cotentin et du Bessin formaient de profondes vallées.
La fonte des calottes glaciaires provoqua une remontée du niveau de la mer. A chaque marée basse, une couche d’argiles et de sables se déposait. C’est de cette accumulation que sont nés les cordons dunaires à l’embouchure de la baie. 1 000 ans plus tard, à cause de ces cordons, la mer ne parvint que difficilement à pénétrer dans les marais, ce qui permit l’accumulation de dépôts tourbeux d’eau douce pendant 5 000 ans. Puis, la mer réussit de nouveau à submerger partiellement les vallées. Une sédimentation fluvio-marine, la tangue, se déposa sur la sédimentation organique antérieure, la tourbe, qu’elle fossilisa.
C’est dans ces fonds de vallées progressivement comblés que les marais sont nés. Fréquemment inondés, par les pluies hivernales trop lentement évacuées à marée basse, ils restaient souvent infranchissables.
De nombreux aménagements ont été réalisés afin de valoriser les marais : canaux, fossés, chaussées et voies ferrées… structurent aujourd’hui le paysage.

 

Sites naturels / Réserves naturelles

Anciennes carrières d'Orival

Amblie
Le site de 12 hectares englobe une ancienne carrière d’extraction de calcaire bathonien qui a servi depuis le Xème siècle. En bordure de la Seulles, elle présente un grand intéret botanique pour ses nombreuses formations végétales calcicoles.
La pelouse xérophytique abrite la plus importante station bas normande de gentiane amère et une belle station de raiponce délicate. Dans la frênaie-aceraie de ravin frais, exceptionnelle pour la région, croit l’alisier de Fontainebleau, protégé nationalement. Une zone arbustive est dominée par des genévriers et arbustes tandis que la zone à végétation pionnière est le domaine des bryophytes.

Coteau de Mesnil-Soleil

Damblainville
La réserve naturelle du coteau de Mesnil-Soleil est située dans la campagne de Falaise à une trentaine de kilomètres au sud de Caen. Sise sur le territoire des communes de Damblainville et de Versainville, elle fait également partie des Espaces Naturels Sensibles du département du Calvados dont elle est la propriété.

Estuaire de la Seine

Villerville
L’estuaire de la Seine fait partie des trois plus grands estuaires de France avec la Loire et la Gironde. Une vaste zone humide de près de 10 000 hectares, qui abrite un ensemble de milieux typiques et remarquables à l’échelle européenne - milieux subtidaux, vasières, prés salés, mares, roselières, prairies humides - à l’interface entre terre et mer.

Falaise du Cap Romain

Saint-Aubin-sur-Mer
Au coeur de la Côte de Nacre, sur les côtes du Calvados, la falaise du Cap Romain est située à 15 km au nord ouest de Caen. Haute de 6 à 7 mètres au maximum, elle s’étend sur environ 500 m de longueur à la limite des deux plages de Bernières-sur-mer et de Saint-Aubin-sur-mer. Les premièrs maisons approchent à quelques mètres du bord de cette basse falaise, qui domine un large estran rocheux.

Forêt domaniale de Cerisy

Montfiquet
À cheval sur les départements du Calvados et de la Manche, la forêt domaniale de Cerisy correspond à un massif isolé, à la périphérie duquel ne subsistent des anciennes forêts que des lambeaux très appauvris. Correspondant à la bordure est du massif Armoricain, le sous-sol est constitué de schistes altérés d’âge précambrien et de terrains argileux détritiques peu perméables. Dans ce massif boisé le plus important du secteur et riche en essences diverses, les collines aux pentes douces sont creusées de vallons peu abrupts et par de nombreux ruisseaux, et les sources prolifiques témoignent de l’humidité du climat. Bien dans son élément, le hêtre domine, favorisé depuis plusieurs décennies par le forestier ; victime de cette concurrence, le chêne quant à lui reste toutefois largement présent, notamment dans les peuplements anciens qui témoignent de la forêt d’autrefois.
Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218 219 220 221 222 223 224 225 226 227 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238 239 240 241 242 243 244 245 246 247 248 249 250 251 252 253 254 255 256 257 258 259 260 261 262 263 264 265 266 267 268 269 270 271 272 273 274 275 276 277 278 279 280 281 282 283 284 285 286 287 288 289 290 291 292 293 294 295 296 297 298 299 300 301 302 303 304 305 306 307 308 309 310 311 312 313 314 315 316 317 318 319 320 321 322 323 324 325 326 327 328 329 330 331 332 333 334 335 336 337 338 339 340 341 342 343 344 345 346 347 348 349 350 351 352 353 354 355 356 357 358 359 360 361 362 363 364 365 366 367 368 369 370 371 372 373 374 375 376 377 378 379 380 381 382 383 384 385 386 387 388 389 390 391 392 393 394 395 396 397 398 399 400 401 402 403 404 405 406 407 408 409 410 411 412 413 414 415 416 417