Fermer la popup
Fermer la popup
Trouvez vos balades
avec la nouvelle version de
l’application Sentiers en France
Obtenir
Région / Département / Ville

Snowleader
Snowleader
Snowleader



DÉCOUVRIR LE TERROIR

Découvrez tous les sites naturels: grottes, gorges, cascades, vallées... (sites touristiques, classés)
Isère (38)
Sites naturels / Réserves naturelles

Étang Haute Jarrie

Jarrie
La commune, consciente de la richesse de la biodiversité de l'étang et de sa fragilité, a protégé le site dès 1984 en tant que Réserve Naturelle Volontaire. Devenue depuis 2005,Réserve Naturelle Régionale. 
Ces classements ont permis de préserver et d’étudier la faune et la flore de cet espace humide, fragile dans le cadre de plans de gestion quinquennal.
Un observatoire permet aux visiteurs d’observer la faune qui y niche en particulier les espèces protégées et rares comme…

Étangs de Mépieu

Creys-Mépieu
La réserve naturelle des étangs de Mépieu est située à une altitude moyenne de 250 mètres sur la commune rurale de Creys-Mépieu. Le site se trouve non loin du Rhône, à l’est du district naturel de « l’Isle Crémieu » qui est rattaché au domaine biogéographique continental. Sur la réserve naturelle, la succession de milieux humides (étangs, tourbières) et de milieux secs (pelouses sèches, landes à genévrier, formations à buis) constitue un paysage typique. La connexion des zones humides du plateau au fleuve Rhône est favorisée par la proximité de deux rivières.
L’originalité du site réside en la juxtaposition de milieux humides et de milieux secs complémentaires…

Haute vallée du Béranger

Valjouffrey
La réserve naturelle du Béranger d'une superficie de 84 hectares est située dans la haute vallée du Valjouffrey. Contigüe au Parc National des Ecrins, elle comprend une bande étroite qui englobe la route RD 117 et le torrent éponyme.
Vers 1200 m la pente s'adoucit, la vallée s'élargie pour laisser apparaître des hauts sommets et des glaciers relictuels. Entre 1000 et 1400m d'altitude elle est boisée de pins, sapins, épicéas, hêtres, noisetiers, aulnes blancs et autres feuillus. Sur la partie basse, la réserve comprend essentiellement des près de fauche ou partiellement en friche autour du village habité seulement en été.
La faune et la flore que l'on peut y observer est classique des milieux alpins : chamois, chevreuils, sangliers et parfois bouquetins. Des aigles royaux nichent à proximité. Cette Réserve Naturelle bénéficie d'une protection réglementaire différente de celle du Parc National.

Haute vallée du Vénéon

Saint-Christophe-en-Oisans

Hauts de Chartreuse

Saint-Bernard
Vaste monument rocheux bordé de hautes parois, la réserve naturelle des Hauts de Chartreuse s’étend du Mont Granier au Nord, à la Dent de Crolles au Sud. Accessible uniquement à pied, cet espace en partie modifié par l’homme a conservé une richesse naturelle exceptionnelle. Le classement est intervenu afin de préserver le site, menacé par des projets d’aménagement. Le Parc naturel régional de Chartreuse en a été désigné gestionnaire en 2001.
Les roches sédimentaires (calcaires et marnes) déposées en couches ont été plissées et soulevées par la formation des Alpes. L’érosion a alors creusé des fissures puis des réseaux de grottes qui figurent parmi les plus longs d’Europe…

Hauts plateaux du Vercors

Gresse-en-Vercors
Unique par sa taille de 17 000 hectares, la réserve naturelle des Hauts-Plateaux du Vercors s’étend sur 10 % du territoire du Parc naturel régional du Vercors. Elle est aujourd’hui la plus vaste réserve terrestre de France métropolitaine.
Comprise entre 1050 m et 2341 m d’altitude, elle subit des influences climatiques très contrastées, à la charnière entre les Préalpes du nord et celles du sud. Une forte présence humaine saisonnière l’a façonnée depuis la préhistoire. Et si le pastoralisme s’y pratique depuis plus de mille ans, l’activité de randonnée est désormais largement développée…

Île de la Platière

Sablons
A mi-chemin entre Lyon et Valence, la réserve naturelle de l’ile de la Platière préserve 484 hectares de l’un des derniers grands ensembles naturels de la moyenne vallée du Rhône. Ce fleuve impétueux, a longtemps divagué dans une large plaine alluviale. Au 19e siècle, le lit mineur fut totalement fixé par des digues submersibles. La stabilisation des îles a alors permis l’utilisation forestière et pastorale de ces espaces très influencés par le fleuve. Dans les années 70, la mise en gabarit européen du fleuve transforma à nouveau le milieu en créant, parallèlement au fleuve, un canal de dérivation, débutant par une vaste retenue d’eau.
L’eau joue ici un rôle primordial : une mosaïque de milieux naturels s’organise sous l’influence des crues et de la nappe phréatique. Ainsi rencontre-t-on des milieux aquatiques (Rhône, lônes, mares), des milieux humides (forêts alluviales) et des milieux secs (bancs de graviers, prairies sèches). La vie est rythmée par les humeurs du fleuve…

Îles du Haut-Rhône

Les Avenières

Isles du Drac

Champ-sur-Drac
La réserve naturelle régionale des Isles du Drac s’étend sur 800 ha du barrage de Notre-Dame-de-Commiers jusqu’au pont Lesdiguières à Pont de Claix. Comprenant tout le lit du Drac sur 15 km de long, la variété géomorphologique, l’influence des versants montagnards aux affinités méditerranéennes, offrent à ce site périurbain, très marqué par les activités humaines (exploitation de la ressource en eau potable, exploitation hydroélectrique, anciennes extractions de graviers, endiguement…), une très grande diversité de milieux.
Organisés autour de la rivière, les milieux de la réserve naturelle sont plus ou moins liés à cette dernière : bancs de gravier, grèves basses, terrasses occupées par des prés-bois et des boisements, milieux humides et forêts alluviales…

Lac Luitel

Séchilienne
La RN du lac Luitel, doyenne des réserves naturelles françaises, occupe une dépression engendrée jadis par le glacier de la Romanche à 1250 m d’altitude en bordure de la route d’accès à la station de Chamrousse. Elle comprend deux systènes tourbeux : le lac-tourbière caractérisé par des radeaux flottants et la tourbière du col, partiellement boisée par des pins à crochets. On y trouve tous les stades d’évolution écologique de ces milieux à sphaignes.
Ce paysage nordique constitue un refuge pour des espèces reliques des périodes glaciaires…